Comme vous le savez peut-être Patrice Lerouge a quitté ses fonctions de directeur de l’ED pour s’envoler vers celle de chargé du Collèges des Ecoles Doctorales au sein de Normandie Université (en gros il gère la politique générale des 8 EDs de Normandie afin qu’il y ait une même ligne directrice).

Notre nouveau directeur est François Dauphin (il est enseignant-chercheur à l’unité Groupe Mémoire et Plasticité comportementale de Caen). Il est assisté de 4 directeurs adjoints : François Rincé à Caen, Frank Le Foll au Havre, Vincent Richard à Martainville et Pierrick Gandolfo à Mont Saint-Aignan.
A eux 5 ils composent le directoire.

power-rangers

Ensuite vient le conseil de l’ED composé du directoire, de représentants des ITA (ingénieurs, techniciens, administratifs), de 2 directeurs d’écoles doctorales de Paris, de 3 personnes œuvrant dans le monde socio-économique (il y a quelqu’un de Normandie-Seine-Incubation par exemple) et de vos merveilleux représentants doctorants. Ce conseil reçoit parfois des invités comme Karine Laval (directrice de l’Esitpa).

Et enfin vient la commission scientifique et pédagogique (CSP pour les intimes) qui est composée du directoire et d’enseignants-chercheurs. Il y a en tout 22 chercheurs et enseignants-chercheurs venant de Rouen, Caen et Le Havre dans cette commission.

Donc si maintenant je vous dis représentants du monde socio-économique vous me dites…conseil de l’école doctorale ! Bravo ! (ne vous inquiétez pas je ne vous dirais jamais ça).

Chacun de ces joyeux groupes à un rôle bien défini :

Le directoire fixe les grands principes de fonctionnement de l’ED afin d’être en accord avec les textes en vigueur comme la réforme par exemple (je suis en train d’écrire un article dessus pour tout vous expliquer). Il applique les règles fixées par le Collège des Ecoles doctorales (dont le directoire est membre), et il discute les propositions de la CSP et du conseil. Il gère aussi le budget, l’accueil des doctorants (inscriptions et journées de rentrées des 3 et 8 novembre) et la médiation encadrant/doctorant.

Le conseil quant à lui définit la politique de l’ED, notamment via la rédaction du règlement intérieur mentionné dans la dernière lettre d’information aux doctorants. Il réfléchit à des propositions à transmettre au Collège des Ecoles Doctorales, à celles venant de la CSP et il participe à l’attribution des allocations de recherche. Ce conseil est donc en charge des doctorants depuis leur recrutement jusqu’à leur diplômes et même au suivi de l’après-thèse.

Pour finir la CSP, qui a été mise en place en septembre, jouera un grand rôle dans i) ces attributions d’allocations, notamment pour valider les inscriptions dérogatoires (sans M2R ou M2R non-européens etc…) ii) l’étude des demandes de subventions (vous savez cet argent qui nous permet de partir en congrès ou en formation) iii) l’encadrement (changement d’encadrant ou codirection) iv) le suivi individuel des doctorants (dont je vous parlerai bientôt dans l’article sur la réforme) v) les demandes de soutenances anticipées (oui il y a des gens qui soutiennent AVANT 3 ans).

Ces trois niveaux d’organisation interagissent en permanence par mail, le conseil se réunit quatre fois par an et le directoire une fois par mois.

Voilà, vous savez tout sur l’organigramme de l’ED, vous saurez donc qui fait quoi lors de la réunion de rentrée et vous pourrez mettre des visages sur ces noms.

 

En réalité je ne gagne pas 1€ chaque fois que je vous parle de la réunion de rentrée, mais c’est très important pour les D1 en général et pour tout le monde cette année (cf article sur la réforme bientôt en ligne, je me dépêche). Par contre Benjamin me paye une bière chaque fois que je link un de ses articles !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.